leo

Chères victimes désignées volontaires,

D'aucuns choisissent des noms utlra faciles à retenir pour attirer le chaland. D'autres utilisent de simples initiales pour éviter d'être identifier comme le fils ou le petit-fils de... et être ainsi reconnu musicalement parlant.

Mais l'artiste que je vous propose d'aller voir a tout simplement choisi de garder son nom. On va passer vite fait sur le fait qu'il a joué sur la scène du ZEBROCK à la fête de l'Humanité en septembre dernier, et qu'il accompagne Chédid. Mais si !!! Le fils d'Andrée !!!

Mathieu Aschehoog (ALORS ? QUI SE LANCE A LE PRONONCER ?) est ce qu'on peut appeler un artiste complet. Pianiste-guitariste-bassiste-chanteur (on ne raie par de mentions elles sont toutes utiles) que l'on se doit de découvrir. Au-delà du personnage entier au capital sympathie de folie, vous avez la voix chaude et profonde de Mathieu Aschehoog, qui vous enveloppe et vous plonge dans un univers ouvert sur tous les délires.

 

Mathieu Aschehoog ne semble pas faire de la musique, mais l'explorer pour nous la faire partager. Influences jazz, rock, electro, textes ironiques à souhait et délicatement ouvragés, vous avez là tous les éléments pour passer un excellent moment. Et en plus, il est accompagné par deux musiciens de génie. Que demande le peuple ?

A noter les trois prochaines dates de Mathieu Aschehoug :

 

le 27 novembre 2010 au théatre de l'Eden à Senas dans les Bouches du Rhone, à 20h45. 10€ la place. (qu'on ne me dise pas que je ne pense pas à la province, bande de galapiats)

Le 15 décembre 2010 à l'Hermitage, à Paris 20e

le 24 janvier 2011 aux Sentiers des Halles toujours à Paris

Votre Obligée.